Dispatch

La réponse de l'UNFPA à la crise de Bangui du 26 septembre au 04 octobre 2015

16 November 2015

La crise humanitaire qui sévit en Centrafrique perdure voilà plus de deux années,avec des rebondissements les plus inattendus qui soient. Ainsi suite à un événement malencontreux,lié à la découverte du corps d'un sujet musulman au quartier combattant à Bangui,des violences ont éclaté causant de nombreuses tueries et déplacement de personnes pour se mettre à l'abri sur des sites dits sécurisés.Cette période a occasionné deux semaines de paralysie de la vie socio économique du pays.

Le Fonds des Nations Unies pour la Population, UNFPA s’est inscrit parmi les premiers intervenants pour appuyer la prise en charge des problèmes liés à la santé sexuelle et de la reproduction, à travers la dotation des structures sanitaires de référencement en médicaments d’urgence et kits de Santé de la Reproduction eu égard à son mandat. Ces produits comptent notamment des kits2 dits kits  d’accouchements hygiéniques individuels, les kits3 de traitement post viol, et contraception d’urgence, kits 4, méthodes contraceptives modernes oraux et injectables, kit5, pour la  prise en charge des IST, des sérums salés et Ringer lactate. En effet, en vertu de ce mandat l’UNFPA veut, même et surtout en période de crise, permettre que les droits humains des femmes, des jeunes, et de tous soient réalisés notamment à travers l’accès à des services de santé sexuelle et de la reproduction,  que les femmes aient un accouchement sécurisé, que les filles évitent des grossesses non désirées et que tous évitent d’attraper les IST et VIH Sida. 
UNFPA a donc pu atteindre son objectif de mettre à disposition des centres de référencements, les médicaments et produits souhaités. Cette réponse a été des plus pertinentes, car les statistiques de cette période, donnent, 957accouchements, 406 accouchements normaux, 22 césariennes et zéro décès maternels. Concernant les cas de Violences sexuelles, grâce au GBVIMS, 1 724cas de violences basées sur le genre, ont pu être documentés en septembre et3 006 cas en octobre. Ces personnes ont pu bénéficier d’une prise en charge médicale, psycho sociale et juridique, grâce aux dispositifs mis en place par UNFPA et ses partenaires de mise en œuvre. Notons que ces résultats sont produits par 06 utilisateurs de GBVIMS sur 11 existant dans le pays