Vous êtes ici

Les ONGS partenaires de l’UNFPA se mobilisent pour sauver des vies

Depuis le 20 octobre2014 jusqu'à la fin de l'année, les seize (16)Organisations Non-Gouvernementales (ONG) nationales partenaires de l'UNFPA se mobilisent pour donner leur sang au Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS). C'est l'ONG Emergencia qui a débuté l'opération.

Cette action rentre dans le cadre de la mise en œuvre du Dispositif Minimum d'Urgence (DMU), les ONG partenaires donnent leur sang. En réponse aux besoins en sang à Banguipendant cette période de crise, une transfusion sanguine est indispensable pour sauver des vies.Lors de l'intervention chirurgicaled'un blessé ou de complicationsliées àl'accouchement, une transfusion de sanguineest un don précieux permet de sauver une ou plusieurs vies. Le don de sang est une procédure simple, un acte gratuit, volontaire et accessible aux personnes qui ont entre 18 et 60 ans. En Centrafrique, le don de sang volontaire n'est pas un automatisme, le CNTSqui a pour fonction de collecter, traiter et distribuer le sang manque cruellement de poches. En effet, le taux actuel permet à peine de couvrir les demandes en sang dans les formations sanitaires de Bangui.

« J'espère que mon don pourra permettre d'éviter les décès des personnes blessées et des femmes enceintes. Je profite pour lancer un appel au don aux communauté », dit Alex Raphael DAWO de l'ONG Emergencia.
Avant la crise que subit actuellement le pays il y avait 33 associations bénévoles de donneurs de sang. Il en reste actuellement 12, ce qui ne couvre pas les 30 000 poches prévues selon les normes de l'Organisation Mondiale de la Santé.

« Je suis aujourd'hui à ma soixantième donation. J'ai commencé lorsque j'étais étudiant. Je suis B négative, un groupe rare. Je souhaite que les personnes qui ont besoin de sang puisse en disposer », dit le Dr Alain Blaise N'DOMACKRAH, Directeur du CNTS.

« Afin d'augmenter la capacité de collecte du Centre, il faudrait une ambulance. Actuellement, le pick-up dont nous disposons permet d'avoir une glacière permettant de collecter 100 poches alors qu'une ambulance peut contenir trois glacières » ajoute le Dr Alain Blaise N'DOMACKRAH.

Afin derépondre aux besoins en sang à l'intérieur du pays, le CNTS envisage de mettre en place une banque de sang à Bossangoa et Berberati. Actuellement, la banque de sang de Boali est fonctionnelle. Une banque de sang existe à Sibut mais celle-ci n'est pas fonctionnelle car suite aux différents événements, elle n'a pas pu être approvisionnée depuis 2013. D'autres campagnes de collecte seront organisées dans les villes de Bossangoa, Bouar et Bouca.