Boniface NZONIKOUA, UNFPA-Centrafrique: L’ÉCONOMIE ET LA JEUNESSE COMME CANEVAS DE REUSSITE DU 8E PROGRAMME UNFPA-RCA

December 27, 2016

La jeunesse centrafricaine, force du développement durable

Photo des jeunes lors de la journée internationale de la Jeunesse

La République Centrafricaine qui dispose des importantes ressources naturelles et minières est pourtant l’un des pays les plus pauvres de la région. Les principales exportations sont le bois, l’or et les diamants et l’agriculture de subsistance constitue presque un tiers du PIB. Au moins 6 personnes sur 10 vivent en dessous du seuil de pauvreté et le pays occupe le 187ème rang sur 188 selon l’indice de développement humain de 2015. Le pays a connu des conflits armés récurrents, du 2012-2016, plongeant le pays dans une situation humanitaire sans précédent. La population de la République Centrafricaine est estimée en 2016 à 5 millions d’habitants pour un territoire de 623 000 km2, soit une densité de 8,02 habitants au kilomètre carré. Le taux de croissance démographique est de 2,5 % par an ; à ce rythme, la population centrafricaine s’attend à doubler tous les 28 ans. Elle est inégalement répartie ; 62,1% vivent en milieu rural tandis que 70% occupent 30% du territoire national.
La population centrafricaine compte 50,2 % de femmes et elle est très jeune. En effet, la RCA compte un peu plus de 3,8 millions de personnes âgées de 0 à 34 ans, représentant 75 % de la population générale, celles qui sont âgées de moins de 15 ans, 39 %. Les jeunes de 10 à 24 ans représentent 32,6 % de la population. Les jeunes et particulièrement les jeunes filles sont vulnérables et sont exposés à de nombreuses difficultés dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’insertion économique y compris les aspects de participation et d’implication dans la vie politique du pays. L’accès des adolescents et des jeunes à l’information et aux services de qualité en matière de SSR pour prévenir les grossesses non désirées, les IST et le VIH, est très limité. Outre les problèmes de SSR, on note la consommation excessive de l’alcool, drogue et stupéfiants. Peu d’interventions ont été réalisées dans le cadre du 7ème programme à l’endroit des jeunes
Suite à la crise/conflits de décembre 2012 menée par les ex séléka et les anti-balaka, la République Centrafricaine a connu jusqu’à ce jour une situation humanitaire sans précèdent. En effet, des hots pots persistent encore en 2016. Les conséquences de cette crise sont des déplacements massifs des populations notamment vers les sites des déplacés et dans la brousse. Les infrastructures sociales et les bâtiments publics ont été systématiquement pillés dans la plus part des régions de conflits. Le gouvernement issu des élections démocratiques et mis en place le 11 avril 2016 a élaboré une stratégie nationale de Relèvement et de consolidation de la paix, 2017-2019 pour la résilience et la reconstruction du pays. Cette stratégie nationale s’articule sur trois piliers et un pilier transversal que sont :
-Pilier 1 : Soutenir la paix, la réconciliation et la sécurité
-Pilier 2 : Renouveler le contrat Social entre l’Etat et la Population
-Pilier 3 : Assurer le relèvement économique et la relance des secteurs productifs
-Pilier transversal qui porte essentiellement sur la jeunesse, l’environnement, les disparités régionales….
L’insuffisance, avant même la crise de décembre 2012, des capacités nationales existantes dues à de manque des investissements dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de la créations des emplois et la faible disponibilité de données désagrégées fiables et mises à jour entravent la réalisation de la vision de la République Centrafricaine à l’horizon 2030 qui porte sur des conditions meilleures de bien être de la population notamment les femmes et les jeunes et un pays économiquement fort à travers l’exploitation du dividende démographique.

DOCUMENTS